Hello tout le monde 🙂 J’espĂšre que vous allez bien et que vous passez un bon weekend de PentecĂŽte ! Hier, Vincent et moi nous sommes baladĂ©s Ă  vĂ©lo dans Paris pour aller rejoindre des amis pour le dĂ©jeuner : c’Ă©tait nos grandes retrouvailles post-confinement tous ensemble et quel bonheur de se revoir !

MĂȘme si la raison de ce confinement est Ă©videmment malheureuse, je dois dire que ces 3 derniers mois m’auront permis de faire le point sur beaucoup de choses dans ma vie. J’ai eu le privilĂšge de pouvoir ĂȘtre confinĂ©e chez moi, au calme et depuis le confort et la sĂ©curitĂ© de mon appartement (je sais que ce n’Ă©tait pas le cas pour tout le monde) et ce temps aura Ă©tĂ© propice Ă  l’introspection, c’est certain. Le ralentissement de ces derniers mois, un peu comme si le temps Ă©tait suspendu, m’aura permis de prendre le temps et le recul nĂ©cessaire pour faire le point sur mes envies et mes prioritĂ©s, ce que je n’avais pas fait depuis des annĂ©es, prise dans le tourbillon du quotidien. Voici 7 choses que j’ai apprises ou (re)dĂ©couvertes durant ces 3 mois de confinement.

Pour moi, le quotidien est tout sauf banal

Lorsqu’on est confinĂ©.e.s chez soi, sans autre environnement que son intĂ©rieur (et peut-ĂȘtre l’intĂ©rieur d’un supermarchĂ© une ou deux fois par semaine), on commence Ă  prĂȘter attention Ă  des choses que l’on balayait du regard sans grande considĂ©ration auparavant. Pendant ce confinement, j’ai adorĂ© rĂ©apprendre Ă  apprĂ©cier et Ă  m’Ă©merveiller des choses qui m’entourent. Des choses qui n’apparaissent pas forcĂ©ment comme exceptionnelles Ă  premiĂšre vue, mais qui contribuent profondĂ©ment au bonheur.

J’ai tirĂ© tellement de plaisir dans la magie du quotidien : boire mon thĂ© au soleil le matin, prendre le temps de jouer avec Pixel, regarder le coucher de soleil en amoureux depuis la fenĂȘtre de la cuisine le soir, trier mes habits et apprendre Ă  aimer les piĂšces que je possĂšde dĂ©jĂ , ranger mon intĂ©rieur et m’apercevoir de combien je me sens bien dedans, etc. : les petits moments et les petits gestes de tous les jours qui ont finalement tant beaucoup d’importance si on s’arrĂȘte pour en profiter.

La slow life c’est la vie !

Prendre le temps de faire les choses, ne plus avoir l’impression d’ĂȘtre en apnĂ©e permanente, de courir aprĂšs le temps sans cesse, d’aller de tĂąche en tĂąche sur ma to-do list sans voir les jours ni les semaines passer, faire les choses sans systĂ©matiquement anticiper la prochaine chose Ă  faire ensuite, apprendre Ă  ĂȘtre prĂ©sente, Ă  vivre l’instant… Je n’avais pas ressenti cette sĂ©rĂ©nitĂ© depuis des annĂ©es et cela m’a fait prendre conscience Ă  quel point cette course permanente des derniĂšres annĂ©es pesait sur moi, d’autant en Ă©tant de nature anxieuse et perfectionniste. 

J’ai rĂ©alisĂ© que ne plus ĂȘtre en train de courir de droite Ă  gauche en permanence et d’allĂ©ger ainsi ma charge mentale me permettait d’ĂȘtre plus Ă©panouie, plus sereine, mais aussi plus concentrĂ©e et productive.  Lorsque j’ai trop de choses auxquelles penser, mon anxiĂ©tĂ© prend le dessus et je n’arrive plus Ă  organiser mes pensĂ©es ni Ă  me concentrer. Pendant ce confinement, il m’a Ă©tĂ© tellement plus aisĂ© de lister mes prioritĂ©s et de les hiĂ©rarchiser, rĂ©sultant en une bien meilleure productivitĂ© et une plus grande satisfaction ! Que du positif !

Ce que je fais a un impact

Durant ce confinement j‘ai reçu un nombre incroyable de messages de vous, ma communautĂ©, pour me remercier de mes partages, de mes articles, de mes Stories, pour me raconter ce que mon blog avait changĂ© pour vous, ce que vous aviez dĂ©couvert grĂące Ă  moi, les changements et les nouvelles habitudes que vous aviez mis en place suite Ă  mes recommandations…  et ça m’a fait tellement de bien de vous lire, vous n’avez pas idĂ©e !

Évidemment j’ai conscience que ce que je fais a de la valeur (je suis fiĂšre de ce que je produis et de ce que je partage ici et sur les rĂ©seaux sociaux), mais lire vos retours d’expĂ©rience et vos mots est tellement prĂ©cieux. Certains de vos messages m’ont mis les larmes aux yeux ! Merci Ă  tous ceux et toutes celles qui ont pris le temps de m’Ă©crire, ça m’a vraiment fait chaud au coeur et encouragĂ© Ă  continuer de partager encore plus !

Le sport est la clef de mon Ă©quilibre

Durant ce confinement, j’ai fait du sport tous les jours et l’impact sur ma santĂ© mentale a Ă©tĂ© incroyable ! 

Il est Ă©vident que faire du sport contribue Ă  la santĂ© physique, mais on ne parle pas assez des rĂ©percussions positives du sport sur la santĂ© mentale Ă©galement. Comme je vous le disais dans cet article, je suis quelqu’un d’anxieux et le sport m’aide Ă©normĂ©ment Ă  gĂ©rer mon anxiĂ©tĂ©. En faisant du sport, on produit des endorphines, un genre de morphine naturellement sĂ©crĂ©tĂ©e par le corps et qui va permettre de rendre plus serein.e, lĂ©ger.e, moins anxieux.se, dĂ©primĂ©.e ou stressĂ©.e. Il est idĂ©al de faire un effort d’au moins 30 minutes pour produire des endorphines, mais honnĂȘtement je ressens les bĂ©nĂ©fices du sport et de se mettre en mouvements mĂȘme quand je ne fais du sport que 15 mins !

Cela fait des annĂ©es que je fais du sport rĂ©guliĂšrement, mais en faire quotidiennement (mĂȘme si c’est une session courte) a vraiment boostĂ© mon bien-ĂȘtre et je compte bien garder cette habitude ! Durant ce confinement j’ai dĂ©couvert Melissa Wood (dont je vous parlais dans cet article sur les vidĂ©os sport que j’utilise pour faire du sport Ă  la maison) et ça a Ă©tĂ© une rĂ©vĂ©lation ! Je suis absolument fan de son approche (qui se rapproche du pilates) et de son Ă©nergie positive et solaire. Elle propose plein de workouts courts qui travaillent en profondeur et qui peuvent se faire rapidement mĂȘme quand on manque de temps (pas de cardio dans ses vidĂ©os donc on transpire assez peu, ce qui permet de caler une session plus facilement dans la journĂ©e).

Les interactions virtuelles peuvent aussi avoir de la valeur

MĂȘme si les interactions virtuelles ne remplaceront jamais les interactions physiques, ce confinement m’aura confirmĂ© que, dans le domaine professionnel tout particuliĂšrement, beaucoup de choses peuvent se faire « virtuellement » et Ă  distance (emails, tĂ©lĂ©phones, Zoom, Skype, etc.) et parfaitement fonctionner ainsi. Ce confinement ne nous aura pas empĂȘchĂ©s de continuer Ă  faire vivre et avancer des projets avec Vincent, au contraire : en s’Ă©vitant les rendez-vous physiques, les rĂ©unions et les temps de transport associĂ©s, cela nous aura permis d’avoir plus de temps Ă  dĂ©dier Ă  la concrĂ©tisation de ces projets.

Évidemment je continue fermement de croire que les interactions physiques sont primordiales et que rien ne remplacera jamais le contact humain, mais je pense que ce confinement a confirmĂ© que les Ă©changes virtuels/Ă  distance peuvent ĂȘtre de trĂšs bons outils Ă©galement !

Revoir mon approche de la consommation est important

Pendant ce confinement j’ai redĂ©couvert le podcast de The Minimalists, aprĂšs avoir vu leur documentaire sur Netflix (je vous en avais parlĂ© dans cet article). J’avais Ă©coutĂ© quelques-uns de leurs premiers Ă©pisodes de podcast en 2016/2017, mais j’avais finalement  dĂ©laissĂ© leur podcast par la suite. Je crois que je n’Ă©tais pas prĂȘte et pas assez avancĂ©e dans mon cheminement personnel pour vraiment intĂ©grer et tirer de la valeur de leur philosophie et leurs contenus. C’est d’ailleurs un bon reminder que, quelque soit le sujet, nous avançons tous Ă  nos rythmes et qu’il est important de respecter le cheminement des autres, qu’il soit plus ou moins avancĂ© que le nĂŽtre.

J’aime beaucoup leur approche et le fait qu’ils ne se positionnent pas comme contre la consommation, mais plutĂŽt contre la consommation compulsive et irrĂ©flĂ©chie, qui rejoint l’approche de « consommer en conscience » vers laquelle je m’oriente de plus en plus, mĂȘme si je n’en suis qu’aux prĂ©mices de cette dĂ©marche. Leurs nombreux Ă©pisodes de podcast (j’ai 4 ans d’Ă©coute Ă  rattraper, soit prĂšs de 300 Ă©pisodes de plus d’une heure) sont sources de beaucoup de richesse pour moi : mĂȘme si je suis loin d’ĂȘtre minimaliste, j’apprends Ă  me poser des questions et Ă  rĂ©flĂ©chir lorsque je consomme, ce qui Ă©tait encore loin d’ĂȘtre le cas il y n’y a encore pas si longtemps. J’apprends Ă  me demander si je vais rĂ©ellement retirer de la valeur de tel ou tel achat sur le long terme et surtout j’apprends Ă  apprĂ©cier les choses que je possĂšde dĂ©jĂ  (pour les vĂȘtements notamment).

Je sais que ce sont des questionnements nĂ©cessaires et importants dans le contexte actuel et j’ai conscience qu’il faut passer par des phases transitoires qui sont progressives, parfois longues et qui impliquent souvent de mĂ©tamorphoser une bonne partie de ses mĂ©canismes de pensĂ©e et ses habitudes de vie, mais c’est un cheminement passionnant !

YouTube, c’est cool !

YouTube a Ă©tĂ© la rĂ©vĂ©lation de ce confinement pour moi ! Je m’en suis Ă©normĂ©ment servi pour le sport (comme je vous en parlais dans cet article sur les vidĂ©os que j’utilise pour faire du sport Ă  la maison), mais j’ai aussi dĂ©couvert plein d’autres chaĂźnes et contenus hyper qualitatifs qui m’ont beaucoup appris. Mes prĂ©fĂ©rĂ©es ?

La chaĂźne de Matt D’Avella, qui parle de minimalisme, d’habitudes, de productivitĂ©… Hyper intĂ©ressant !

La chaĂźne de Abigail James, qui parle de skincare et notamment d’automassage, ma nouvelle lubie !

La chaĂźne de Caitlin ShoeMaker, qui partage ses recettes vegan et dĂ©licieuses ! J’en ai testĂ© plein, toujours un rĂ©gal !

La chaßne de Never Too Small, qui met en avant des petits espaces de vie (appartements, studios, etc.) : je trouve ça fascinant !

La chaĂźne de Pick Up Limes, qui est une de mes rĂ©centes dĂ©couvertes ! Elle propose des recettes healthy qui ont l’air dingues ! Je vais en tester cette semaine 🙂

Vincent et moi envisageons de quitter Paris

Ça a Ă©tĂ© la plus grosse prise de conscience de ce confinement pour Vincent et moi. Cela faisait dĂ©jĂ  quelques annĂ©es que nous avions en tĂȘte de quitter Paris Ă  moyen terme, mais ce confinement aura accĂ©lĂ©rĂ© les choses.

Vincent et moi avions pour projet d’investir Ă  Paris en 2020 ou 2021 (nous sommes locataires actuellement), mais aprĂšs avoir commencĂ© nos recherches en dĂ©but d’annĂ©e et Ă©tĂ© un peu dĂ©couragĂ©s (par le prix de l’immobilier, la raretĂ© des biens, etc.) ainsi que remis en question beaucoup de choses durant le confinement, nous avons dĂ©cidĂ© que quitter Paris serait finalemetn certainement la prochaine Ă©tape pour nous Ă  court/moyen terme. J’ai vĂ©cu Ă  Bordeaux lorsque j’Ă©tais adolescente (et je suis originaire de Charente) et j’ai toujours imaginĂ© retourner vivre dans cette ville que j’adore un jour, c’est donc la ville dans laquelle nous nous projetons ! Rien n’est dĂ©cidĂ© Ă  100% pour le moment, mais l’envie est bel et bien lĂ  en tout cas !  Affaire Ă  suivre 😉

Et vous ?

Qu’avez-vous appris sur vous pendant ce confinement ? Avez-vous rĂ©ussi Ă  en tirer profit pour mieux dĂ©finir vos valeurs, vos envies, vos prioritĂ©s ?