Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride16

Aujourd’hui on se retrouve (enfin!) pour parler photo avec un article que vous attendiez avec impatience me semble-t-il ! Vous êtes nombreux à me questionner régulièrement sur mon appareil photo hybride Olympus (le Pen E-PL7 que j’utilise depuis juillet et son successeur le Pen E-PL8 qui m’a rejoint en septembre) que j’adore et dont je vous avais déjà vanté les mérites dans cet article sur mon séjour en Grèce. Je vous avais promis une review plus détaillée, la voici (spoiler alert : il y a un super code promo pour vous en fin d’article) Petite particularité de ce post : il est écrit 4 mains avec le Brun à qui je laisse la parole en premier !

Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride01

Un petit historique …

Le Brun : Hello, je suis Vincent, l’homme de l’ombre derrière Mode & The City et vous me connaissez sous le nom du Brun depuis les débuts du blog en 2007. J »ai toujours baigné dans la photographie dès mon plus jeune âge (mon père aimant lui-même la photo et travaillant en argentique) mais c’est en jouant le rôle de photographe pour le blog de Daphné depuis bientôt 10 ans que j’ai vraiment commencer à m’y intéresser. Lorsque Daphné a lancé son blog en 2007, elle prenait en photo (elle-même !) ses premiers looks avec son appareil photo compact (le Canon PowerShot A430) : les temps ont bien changé ! Très vite confrontés aux limites d’un compact, nous avons investi dans un bridge (le Panasonic DMC-FZ28) qui nous a fait goûter aux joies d’un viseur (électronique) et de réglages un peu plus poussés. Petit à petit, nous nous sommes mis à tester les réglages manuels de l’appareil (le fameux trio ouverture/vitesse/ISO) avant de carrément travailler en RAW, pour des retouches plus poussées avec le logiciel Lightroom (exposition, contraste, saturation etc.). Nous avons ensuite sauté le pas du reflex APS-C (un terme qui désigne une taille de capteur de plus petite dimension que les négatifs 35 mm en argentique) en acquérant un Nikon D3100 pour pouvoir profiter d’objectifs de meilleure qualité et plus lumineux, d’un viseur optique permettant de voir la scène sans artifice et offrant surtout une plus grande profondeur de champ (le fameux flou d’arrière plan) grâce au capteur plus grand des reflex.

Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride11

Reflex APS-C ou full frame ?

Après un an d’utilisation, nous avons commencé à ressentir les limites du Nikon D3100 et avons investi dans le Nikon D610, un reflex plein format (aussi appelés full frame, utilisés par les professionnels et dont la taille du capteur correspond aux négatifs 35 mm en argentique). Ce boîtier permet de profiter d’une profondeur de champ encore plus importante grâce à son plus gros capteur, rend possible l’utilisation d’objectifs de meilleure qualité et offre un cadrage plus naturel. (NB: le cadrage d’un objectif 50 mm sur un reflex APS-C donne un résultat équivalent à un objectif 75 mm monté sur un reflex plein format.)

Entre temps, je suis revenu aux compacts pour les besoins de mon métier de journaliste. Connaissant les limites du compact mais souhaitant investir dans un appareil qui pouvait me suivre facilement partout, je me suis intéressé aux fameux compacts experts, promettant une excellente qualité d’image. Mon choix s’est à l’époque porté sur le Sony RX100 M3 dont le viseur numérique escamotable m’a tout de suite plu (j’ai du mal à viser depuis un écran). Entre temps nous avons eu envie de changer notre reflex Nikon D610 à cause notamment des déchets trop importants (nombre de clichés flous trop important) de la plage dynamique trop faible (cela se ressent lors des shootings en plein soleil, quand les détails ont du mal à ressortir) et de la mise au point parfois capricieuse.

C’est justement lors de ces réflexions qu’Olympus nous a proposé de tester le le Pen EPL-7 puis le Pen E-PL8. Daphné a accepté car elle était à la recherche d’une solution plus compacte pour ses shootings lifestyle qui n’ont pas besoin de la profondeur de champs d’un reflex, typiquement ses photos Instagram. Tout d’abord dubitatif (cette gamme n’est pas vue comme une gamme experte mais plutôt lifestyle), j’étais cependant curieux de tester ce produit que je ne connaissais pas encore.

 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride15

L’Olympus Pen E-PL8

Avant d’entrer dans le vif du sujet, précisons que le Pen E-PL8 est considéré comme un appareil photo hybride de part ses objectifs interchangeables et son absence de viseur optique (la visée se fait à l’écran ou via un viseur numérique en option.) Le capteur n’est pas aussi grand que sur un reflex puisqu’il s’agit d’un micro 4/3, plus grand (de 35%) que mon Sony RX100 mais plus petit (de 33%) que les reflex APS-C comme le Nikon D3200, ce qui se traduit par un flou d’arrière plan moins important, et une capacité plus limitée à monter dans les ISO pour les photos en basse luminosité.

De base, le Pen E-PL8 est vendu avec un objectif pancake (tout fin) qui va de 14 à 42 mm (28 à 88 mm en équivalent plein format) et ouvre jusqu’à f/3,5 à 5,6 selon le niveau de zoom. Pour rappel, plus le chiffre f/ est faible, plus la profondeur de champs sera importante (donc l’arrière plan flou) et plus l’objectif fera entrer de lumière vers le capteur à réglage équivalent. L’optique de base est correcte et polyvalente : elle permet de zoomer et donc de faire des photos de paysage pour les vacances. En revanche, pour des portraits ou des photos en basse luminosité, je recommande vivement un objectif plus lumineux, qui ouvre à f/2.8 voire même f/1.8 comme le 25 mm (équivalent 50 mm) que Daphné possède. C’est avec cet objectif et le Pen E-PL8 que sont réalisés depuis quelques mois certaines photos de décoration ou de paysage qu’on peut voir sur le blog ou Instagram, comme celles ci-dessous :

 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride04  Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride02  Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride04  Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride12

Je dois avouer que j’ai été assez bluffé par la qualité de ces deux Olympus : la netteté est juste hallucinante (les clichés ci-dessus en sont un parfait exemple) et à des années lumières de notre reflex Nikon D610. Les retouches sont beaucoup plus rapides puisque les couleurs sont bien plus plaisantes en sortie de boitier. Le seul petit bémol est la faible profondeur de champ qui nous empêche de shooter des looks avec : l’arrière plan ne se détache pas assez du sujet à cause du manque de flou d’arrière plan. Si vous tenez vraiment à shooter des portraits avec une jolie profondeur de champ, Olympus vient justement de sortir un nouvel objectif, un 25 mm (équivalent 50 mm) f/1.2 que nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester mais qui pourrait s’avérer très intéressant pour shooter des looks et améliorer ce flou d’arrière plan. On me souffle également à l’oreille (merci Cyrielle!)  que l’objectif 45mm f/1.8 permet d’obtenir une belle profondeur de champ (et un plus joli flou d’arrière plan donc).

 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride07-1

Si vous n’êtes pas blogueur mode et que la profondeur de champ est secondaire à vos yeux, les Pen E-PL7 et PL8 font clairement leur job, d’autant plus qu’ils sont compatibles avec l’ensemble des objectifs micro 4/3 de chez Olympus et de la concurrence. Nous avons eu la chance de tester le 12 – 40 mm (équivalent 24 – 80 mm) f/2.8 qui est certes un peu lourd par rapport à l’appareil photo, mais qui permet de faire tout type de photo : du portrait au paysage en passant par la photo de rue. J’avoue toutefois avoir eu un peu de mal avec l’ouverture à f/2.8 sur un capteur micro 4/3 qui empêche d’avoir une profondeur de champs saisissante, pour détacher le sujet de l’arrière plan.

Dans tous les cas, la modularité d’un appareil photo hybride comme le Pen E-PL8 est très intéressante, puisqu’il est possible d’acheter le kit de base dans un premier temps, puis de se composer une famille d’objectifs de meilleure qualité par la suite. C’est bien mieux qu’un compact ou qu’un bridge sur lesquels il est impossible de changer l’objectif.

Parlons brièvement de l’interface :  je suis habitué aux menus Nikon et Sony depuis maintenant quelques années. L’interface d’Olympus dispose de quelques bonnes idées, mais il est toujours difficile de jongler d’une marque à l’autre. Chez Olympus, la simplicité est de rigueur, avec notamment des modes débutants toujours pratiques. Les plus technophiles apprécieront les options permettant de débrayer l’appareil photo et de régler tout un tas d’options (vitesse, ouverture, ISO, mode RAW, balance des blancs, mise au point, etc).
Daphné : Un détail que j’adore ? Le choix du cadrage ! Plusieurs formats existent mais c’est le 1:1 (carré) qui m’intéresse particulièrement car il me permet de cadrer directement en format carré pour Instagram.

 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride09 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride18 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride17

Le Brun : Impossible de tester un produit sans parler de son design. Le Pen E-PL8 est un peu plus imposant et lourd comparé à mon compact Sony, mais il est finalement extrêmement compact et léger si on le compare à un reflex. J’ai également eu la chance de tester l’hybride expert d’Olympus, le Pen-F. Celui-ci est un peu plus encombrant mais plus réactif que ses petits frères. Au niveau du design, le Pen-F a indéniablement un côté rétro renforcé qui devrait beaucoup plaire. Les Pen E-PL7 et PL8 ont eux aussi un esprit vintage avec de bonnes finitions, mais un cran en-dessous du Pen-F. L’écran orientable des trois appareils est très pratique, que ce soit pour les selfies, faire des photos vues de haut ou même pour cadrer les bras levés en l’air pour passer au-dessus d’une foule par exemple.

Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride06 Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride05

Enfin, Daphné pourra sûrement mieux vous le dire que moi, mais un appareil photo qui intègre une puce Wi-Fi, ça change la vie. Il devient alors possible de cadrer à distance directement depuis son smartphone, très pratique quand l’appareil est sur un trépied, à quelques mètres du cadreur, astuce que nous utilisons souvent pour faire nos photos tous les 2 (3 avec Pixel!) comme ci-dessus.

Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Avis-Olympys-EPL8-appareil-photo-hybride21-1

Daphné : Le wi-fi intégré à un appareil photo C’EST LA VIE ! Grâce à cela, il est possible de transférer ses photos vers son smartphone pour les poster… sur Instagram par exemple! Contrairement au Nikon D610 qui est très capricieux, les Olympus fonctionnent très bien en mode Wi-Fi, un détail non négligeable quand on aime poster ses photos sur les réseaux sociaux sans passer par un ordinateur (il n’y a aucun déperdition de qualité lors de l’envoi appareil photo à smartphone) : un gain de temps fou pour moi et une facilité d’utilisation qui simplifie mon travail.

Blog-Mode-And-The-City-Lifestyle-Olympus-Pen-E-PL8-avis

Un autre détail que j’adore ? La gamme d’accessoires superbe qui accompagne l’Olympus E-PL8. Présenté comme un vrai accessoire de mode, il peut s’habiller de dragonnes en cuir, de jolies sacoches (tellement rares), de bandoulières … Mon accessoire préféré? La bandoulière chaîne & cuir façon sac à main. D’ailleurs, deepuis que j’ai mon Olympus je me rends compte que je le porte très souvent à l’épaule lorsque je suis à l’extérieur, vraiment comme un accessoire tant il est joli !

Comme vous l’aurez compris à la lecture de cet article, Le Brun et moi sommes vraiment ravis de notre Olympus Pen E-PL8. Son avantage numéro 1 à ma yeux est de loin sa taille : beaucoup plus compact et plus léger qu’un reflex, il est plus facile à emmener partout avec soi ! Quand je voyage je dois bien avouer que c’est une vraie tannée de devoir porter mon reflex et ses objectifs (très lourds et encombrants) et l’Olympus a l’avantage d’être plus léger et polyvalent et donc particulièrement agréable à transporter. Il m’a permis de renouer avec le plaisir d’avoir toujours son appareil photo à portée de main et ça n’a pas de prix pour moi !

Pen E-PL8 ou E-PL7 ?

Le Brun : Vous êtes convaincus par l’achat d’un hybride Olympus mais vous vous posez la question du choix entre le Pen E-PL8 ou le Pen E-PL7 ? Le choix est finalement assez simple puisqu’il reposera quasiment exclusivement sur le design des deux appareils. La seule différence technique existante est la possibilité de réaliser de courtes vidéos (à la Snapchat) avec un mode dédié sur le Pen E-PL8.

Du point de vue du design, le Pen E-PL8 semble mieux fini et la prise en main est plus agréable, puisque l’appareil est un peu plus rond que son prédécesseur, le E-PL7. Quelque soit votre choix, il ne sera pas mauvais !

CODE PROMO -15 % OLYMPUS

Si vous êtes convaincu(e) par l’Olympus Pen E-PL8 (ou son prédécesseur le Pen E-PL7 qui est un excellent investissement aussi), j’ai une très bonne nouvelle pour vous ! Avec le code promo MODEANDTHECITY (attention à bien l’entrer en majuscules), vous bénéficiez de -15 % pour tout achat sur le eshop d’Olympus (hors OM-D E-M1 MII) jusqu’au 31 janvier 2017. A votre place je n’hésiterai plus un instant 😉 NB : A priori le code est capricieux (on tente de solutionner cela en ce moment même) mais n’hésitez pas à essayer depuis différents navigateurs ou appareils (le code marche très bien depuis un smartphone)

Evidemment TOUTES les photos de cet article ont été shootés à l’Olympus, que ce soit le le Pen E-PL7 ou le Pen E-PL8.

J’espère que vous aurez apprécié la lecture de cet article et n’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaires, le Brun et moi nous ferons un plaisir d’y répondre !