Comment j’apprends à me libérer du regard des autres

8 juin 2020 13 minutes de lecture 85

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine 🙂 Il y a quelques semaines j’ai publié une légende un peu plus personnelle que d’habitude sur Instagram pour vous parler d’un sujet sur lequel je travaille beaucoup en ce moment : me libérer du regard des autres.

Comme je vous le racontais dans cet article, j’ai profité de ma digital detox de début d’année pour faire un gros point sur ma vie et me libérer du regard/jugement des autres est l’une de mes priorités depuis janvier, en solo et également grâce à l’accompagnement d’une hypnothérapeute qui m’aide beaucoup.

Nous cherchons tous la valorisation des autres

Chercher la valorisation d’autrui est une tendance naturelle qui nous est commune à tous en tant qu’être humain : c’est normal et personne n’y échappe, même si nous y sommes tous sensibles à différents niveaux. Le regard des autres, même s’il peut évidemment être valorisant, peut aussi conduire à l’anxiété (je vous parlais d’ailleurs de ce sujet dans mon article de la semaine dernière sur l’anxieté), à l’autodépréciation, à la rumination mentale ou à l’inaction par peur d’être jugé.e. C’est là que cela devient problématique.

Nous sommes nombreux à déployer des efforts colossaux au quotidien pour éviter d’être jugé.e.s négativement par les autres, cherchant au contraire à tout faire pour être apprécié.e de tous. Avoir peur du regard des autres peut prendre de multiples formes : ne pas oser prendre la parole en classe à l’école, être incapable de confronter ses proches sur un sujet, ne pas savoir exprimer ses envies et ses désirs de façon claire, ne pas oser demander une augmentation de salaire au travail, ne pas réussir à affirmer une opinion contraire à celle de quelqu’un, fuir le débat ou la confrontation par peur d’être rejeté.e, etc.

Vous l’aurez compris, lorsqu’on vit pour l’approbation des autres et que c’est sur cela que l’on base son épanouissement personnel, on peut vite se retrouver malheureux.se et, au final, ne pas réussir à être 100% soi-même, s’adaptant en permanence selon les situations afin de ne froisser personne. Vouloir plaire aux autres et éviter la critique à tout prix nous pousse souvent à nous conformer, à mettre nos individualités ou nos convictions de côté et à moins oser, par peur d’être mis.e à l’écart.

Mon histoire avec le jugement des autres

J’ai personnellement toujours cherché à être appréciée, à ne pas froisser, à ne pas décevoir et de manière générale j’évite au maximum le conflit. Ce sont d’ailleurs des valeurs qui sont d’ailleurs traditionnellement inculquées aux petites filles dans l’éducation (être sage, calme, polie, ne pas provoquer, être aimable pour être appréciée, ne pas faire de vagues…).

Dans ma vie, je me suis souvent empêchée d’être vulnérable et/ou de partager certaines choses, car j’avais peur du regard ou du jugement. Finalement, il était plus simple pour moi de me cacher derrière une façade de perfection pour me protéger et continuer d’avancer.

Mon burnout de l’an dernier et ma pause de 1 mois en début d’année m’ont fait prendre conscience de beaucoup de choses. Je me suis rendue compte qu’essayer d’être parfaite était épuisant et finalement pas si attrayant que ça. Lorsque j’ai décidé de faire une pause d’un mois (et de ne pas publier sur mon blog ni mes réseaux sociaux pendant cette période, ce qui n’était jamais arrivé en presque 13 ans de blogging), je l’ai d’abord vécu comme un échec : j’avais l’impression de ne pas avoir été assez forte pour tenir la cadence, l’impression de vous abandonner (ma communauté), je ressentais un sentiment de honte de de devoir annoncer « publiquement » que j’étais au bout du rouleau… et puis un jour, pendant ma pause, j’ai finalement réalisé que c’était finalement une force de ne pas être parfaite, de savoir s’avouer sa propre vulnérabilité et d’avoir le courage de la partager avec les autres.  J’ai compris que cela me rendrait finalement plus humaine et que les gens qui me suivent se sentiraient plus proches de moi et plus connectés à mon histoire.

M’affranchir du jugement des autres est mon grand challenge de l’année : oser davantage et ne plus me focaliser sur le risque d’être critiquée, mais plutôt sur la possibilité d’inspirer, de créer l’échange et d’ouvrir la discussion tout en continuant évidemment d’accueillir à bras ouverts la critique constructive qui fait grandir et qui ouvre les yeux. Je me sens déjà beaucoup plus en phase avec moi-même depuis que j’accepte ma vulnérabilité et que la perfection n’est plus le but ultime de mon existence.

Se libérer du regard des autres quand on est une « personne publique »

Que l’on soit une personne « publique » comme moi ou non, les réseaux sociaux sont souvent associés à un besoin de reconnaissance et de validation de ce que l’on est/de ce que l’on fait (la recherche d’approbation via les likes ou le nombre de followers par ex) et je pense qu’ils ont eu un impact fort sur la manière dont on perçoit le regard des autres. Sur les réseaux sociaux, on partage nos vies, nos vacances, notre nouvelle coupe de cheveux, les recettes que l’on réalise… et on base parfois, à tort, le succès ou la valeur de ces choses sur le nombre de likes qu’une photo recevra.

Évidemment, quand les réseaux sociaux sont au coeur de notre métier comme c’est mon cas, le challenge de se détacher du regard des autres est d’autant plus difficile. Réussir à ne pas se dévaloriser, à ne pas se laisser affecter par les retours et commentaires parfois abrasifs et durs, à ne pas se comparer, à ne pas succomber à la pression… c’est un challenge de tous les jours !

J’ai pleinement conscience que c’est mon choix d’avoir fait de mon blog mon métier et que me confronter au regard et au jugement des autres fait partie du jeu. Et mon envie n’est absolument pas de ne plus recevoir de critiques négatives, car je pense au contraire que cela est essentiel pour avancer, quand elles sont exprimées de manière constructive ! Je ne censure jamais les commentaires et je saisis honnêtement chaque occasion de me remettre en question, même si ce n’est pas toujours évident.

Mais parfois, les choses sont exprimées sans tact, peuvent faire mal et être difficiles à encaisser. Je suis confrontée à des critiques que l’on ne m’exprimerait jamais au visage en face à face. C’est dur d’accepter que, parce qu’un écran nous sépare, certaines personnes pensent que nous ne sommes pas humain.e.s et que nous n’avons pas de sentiment. Comme je suis de nature à prendre les choses très à coeur (et à ruminer!), certains commentaires m’ont parfois profondément fait du mal, surtout lorsque je commençais à ressentir les premiers signes de burnout.

Le pire dans tout cela c’est que, pendant des années, l’anticipation de ces potentielles critiques négatives bridait mon travail : je ne faisais pas certaines choses ou n’abordais pas certains sujets par peur de la critique. Au lieu de me focaliser sur le fait que j’aurais pu inspirer des gens, fait découvrir des choses, enclencher des réflexions, je me focalisais sur le fait que certains puissent me critiquer.

Mes conseils pour se libérer du regard des autres

Même s’il serait illusoire d’imaginer pouvoir totalement se détacher de ce que pensent les autres de nous, voici quelques astuces que j’essaie de mettre en place pour m’accompagner sur ce cheminement de me libérer du regard des autres. Il n’y a pas de recette miracle, mais ces réflexions me font du bien et m’aident à prendre du recul !

Se connaître soi-même 

Avoir pleinement conscience de qui l’on est, de nos forces et de nos faiblesses, de nos valeurs, de nos limites et de nos talents est un excellent moyen pour se protéger des critiques et du jugement d’autrui. Je dis toujours que le plus important dans la vie est d’être « droit dans ses bottes »: quand on sait ce que l’on vaut et ce que l’on est, les critiques « glissent » plus facilement sur nous, même si elles peuvent occasionnellement faire mal et paraître injustes (je déteste l’injustice alors c’est vraiment le plus dur à encaisser pour moi).

Finalement, quand on ne prend pas le temps de se définir soi-même, ce sont les autres qui le font pour nous. Nous vivons à une époque et dans une société où les gens se jugent très rapidement et parfois même sans se connaître ! En apprenant à se connaître soi-même, on se protège du jugement des autres car ce n’est plus le regard extérieur qui nous définit.

Donner de l’importance à son propre regard

Pourquoi systématiquement donner plus d’importance à ce que pensent les autres qu’à ce que l’on pense soi-même ? Si l’on est fier.e ou satisfait.e de quelque chose, pourquoi avoir besoin de l’aval des autres pour ressentir cette fierté ou satisfaction ? Pourquoi tout remettre en cause si une personne extérieure ne partage pas notre avis ?

Apprendre à valoriser notre propre regard et notre propre opinion est un bon exercice qui nous permet de moins dépendre de l’avis des autres. Si vous adorez votre nouvelle coupe de cheveux, pourquoi attendre d’avoir la « validation » de tous vos proches pour l’apprécier pleinement ?

Être en accord avec soi-même et ses valeurs c’est apprendre à booster sa confiance en soi et ainsi, être moins perméable aux critiques. J’adore cette phrase de Michelle Obama : « Success isn’t about how your life looks to others, it’s about how it feels to you », en français «La réussite ne dépend pas de ce à quoi ressemble ta vie aux yeux des autres, mais de ce que ta vie représente pour toi. »

Accepter qu’il est impossible de plaire à tout le monde

Vouloir plaire aux autres et éviter la critique à tout prix nous pousse souvent à nous conformer, à mettre nos individualités ou nos convictions de côté et à moins oser, par peur d’être rejeté.e ou jugé.e. Cela nous empêche aussi souvent de créer des choses, de lancer des projets ou tout simplement de nous exprimer, nous privant ainsi d’ambitions ou d’échanges qui apporteraient de la valeur à notre existence.

Comme le dit très justement Clotilde Dussoulier dans son épisode du podcast Change Ma Vie sur le regard des autres : « les êtres humains n’ont de consensus sur rien » : nous sommes tous uniques, avec des valeurs et des philosophies de vie différentes et PERSONNE ne peut plaire à tout le monde.

J’ai adoré l’astuce que donne David Laroche dans sa vidéo « comment se libérer du regard des autres » : aller lire les critiques négatives de son film préféré sur Allociné ou IMDB pour se rendre compte que personne n’a la même perception des choses et que ce qui plaît à l’un ne peut pas toujours plaire à l’autre. Mon film préféré au monde est Forrest Gump : c’est le premier « vrai » film que je me souviens avoir vu lorsque j’étais enfant et c’est lui qui a fait naître ma passion pour le cinéma. Je trouve ce film tellement beau et touchant, j’en ai les larmes aux yeux rien que d’y penser !

Et pourtant, en allant lire les commentaires sur Allociné, j’ai lu des choses telles que « Gros navet à l’horizon», «Forrest Gump est aussi et surtout une succession d’historiettes lourdingues sans le moindre intérêt » ou encore « pire que nul, tout à fait méprisable. » Ça été une grosse prise de conscience pour moi (et un soulagement aussi) que de réaliser que ce film que j’ai tant aimé, qui m’a tant touchée et qui est à l’origine de mon immense passion pour le cinéma, a été sincèrement détesté, par d’autres. C’est vraiment l’exemple parfait pour se rendre compte que l’on ne peut pas plaire à tout le monde et que certaines choses inspirent les gens et ont un impact positif sur eux alors qu’elles ne veulent rien dire pour d’autres. Est-ce que j’aime moins ce film pour autant ? Certainement pas !

Il est impossible d’anticiper ce que pensent les autres

Comme je vous le disais dans mon article sur l’anxiété, l’anticipation de scénarios hypothétiques à venir est l’une de mes spécialités en tant qu’anxieuse ! Je perds parfois tellement de temps à réfléchir, ruminer et imaginer les hypothétiques critiques négatives que je pourrais recevoir que je me rends folle ! « Si je fais ça, peut-être que quelqu’un va pas penser ça », « si j’écris ça, peut-être que quelqu’un va me critiquer sur ça », etc.

La vérité c’est qu’on ne peut pas absolument pas anticiper ce que pensent les autres : de toutes les hypothétiques critiques que j’ai imaginé recevoir, quasiment aucun ne m’a été faite. Et au contraire, c’est parfois en postant un contenu qui n’appelait pas particulièrement à la critique que j’en ai reçu le plus. Par conséquent, se brider par peur de ce que pourraient dire ou penser les autres n’a n’aucun sens !

De manière générale dans la vie, apprendre à ne pas se focaliser sur ce qui pourrait mal se passer, mais plutôt sur ce qui pourrait bien se passer est précieux. Pour reprendre les mots de J.K Rowling prononcés par Newt Scamander :  « s’inquiéter c’est souffrir deux fois« . C’est si vrai ! J’essaie de le rappeler souvent.

D’autre part, n’oublions pas que, de manière générale, l’être humain est plutôt centré sur lui-même : les gens ne pensent pas autant à nous et nos actions que nous l’imaginons, je vous le promets ! On se ronge souvent les sangs pour des choses que les autres ont oublié depuis bien longtemps.

Un exemple : comme je le disais plus haut je réponds toujours aux commentaires négatifs que je reçois sur mon blog. Je ne censure rien et j’essaie au contraire d’initier l’échange constructif en répondant toujours aux commentaires négatifs qui me sont laissés, pour mieux comprendre le point de vue de la personne qui écrit et pouvoir exposer le mien. Or, dans 90% des cas, la personne ne répond jamais à mon commentaire de réponse, très certainement car elle ne vient absolument pas voir si je lui ai répondu ! Cela prouve bien que cette personne est simplement venue déposer un commentaire négatif sans aucune volonté de créer l’échange et que, pour elle, le commentaire est aussi vite laissé qu’il est oublié. Par conséquent j’essaie de m’entraîner à ne pas ruminer ou me laisser affecter trop profondément par une critique initiée par quelqu’un qui a déjà oublié l’avoir faite !

Accepter de se montrer vulnérable

Bien souvent on se refuse à faire ou partager des choses par peur que les autres nous rejettent, car ils découvriront nos faiblesses, nos doutes et nos paradoxes. Or, en dévoilant notre vulnérabilité ouvertement, en livrant notre histoire avec des éléments de contexte, en assumant courageusement d’être imparfait.e, on invite finalement bien plus au partage et aux échanges profonds, riches et authentiques qu’au jugement et à la critique. Notre vulnérabilité est ce qui nous rend unique !

Sur ce sujet si vous ne connaissez pas le travail de Brené Brown je vous le recommande chaudement, notamment sa conférence Ted « Le Pouvoir de la Vulnérabilité » qui m’a énormément ouvert les yeux sur ce sujet.

Pour aller plus loin

Le podcast Change Ma Vie de Clotilde Dussoulier est formidable (je vous l’avais déjà recommandé dans cet article sur mes podcats favoris) et plusieurs de ces épisodes traitent le sujet du regard des autres en offrant des conseils et astuces pratiques qui m’ont personnellement aidée. Je vous le recommande chaudement !

Le documentaire de Taylor Swift sur Netflix, Miss Americana, m’a énormément touché et a fait grandement écho en moi en abordant cette problématique de regard des autres et cette volonté de se conformer pour plaire. J’ai trouvé Taylor Swift hyper touchante dans ce documentaire.

J’ai aussi beaucoup aimé cette vidéo de David Laroche (que je cite plus haut) qui donne des astuces pour se libérer du regard des autres et ouvre des pistes de réflexion intéressantes.

Je vous conseille grandement le travail de Brené Brown qui est exceptionnel. En lien avec le sujet de cet article, vous pouvez regarder sa conférence Ted « Le Pouvoir de la Vulnérabilité » et sa conférence Ted « Ecouter La Honte ». Vous pouvez activer les sous-titres en français sur ces vidéos. Tous ses livres sont formidables, je vous les recommande chaudement !

J’ai adoré l’essai « Seagulls » de Joshua Fields Millburn sur le blog The Minimalists : court, mais efficace et qui m’a permis de prendre du recul sur les critiques négatives et non constructives.

Enfin, j’ai beaucoup apprécié l’essai On Critics, Criticism & Remarkability de Seth Godin.

Et vous ?

Est-ce que le regard des autres a un impact sur vous, votre vie, vos décisions ? Comment le gérez-vous au quotidien ? Avez-vous des conseils à partager ?

Je vous souhaite une belle semaine et à très vite !

Par Daphné Moreau 85 commentaires
Shop the post
85 commentaires
  • Camille 8 juin 2020

    Coucou Daphné ! Je te suis depuis longtemps – voire toujours, ahah ! Nous avons grandi et évolué en parallèle, nos vies se ressemblent beaucoup (même compagnon depuis toujours par exemple, carrière qui nous plaît et nous convient, etc). Et soudain, le burn out professionnel en octobre 2019… Je n’ai jamais osé dire à mon patron que je faisais un burn out, je lui ai dit que j’étais arrêtée car j’avais un autre problème de santé. J’ai ensuite donné ma démission car j’ai eu la chance de me voir offrir une magnifique opportunité au même moment. En quittant la boîte, où j’ai pourtant longtemps travaillé et où j’avais noué des relations de confiance, toujours le même blocage : je n’osais pas parler du catalyseur qui m’avait fait partir. Je pense que si je recroisais ces personnes aujourd’hui, j’oserais en parler… peut-être.

    Sur un autre sujet, je te rejoins concernant l’éducation – consciente ou non – que nous petites filles avons reçue. Je pense avoir un caractère similaire au tiens : ne pas froisser, arrondir les angles, être parfaite. Depuis quelques années, on peut de plus en plus lire des sujets sur le féminisme, les sujets habituellement « tabous » (règles, fertilité, ce qu’il se passe réellement après le post-partum, etc). Pourquoi s’est-on infligées un tel silence ? Car je pense qu’au final, c’est notre éducation si bien intégrée qui nous a un peu poussées à ne pas parler de telles ou telles choses en public.

    Il y a quelques années, j’ai travaillé dans une entreprise de luxe. J’avais un poste de rêve. Du premier au dernier jour, j’ai eu à subir des réflexions sur mon physique. Pas méchantes du tout, souvent flatteuses. Jamais je n’ai osé dire que c’était dérangeant. Parce que je voyais bien que c’était la norme autour de moi, et que soulever le sujet ferait de moi une «  » »martyre » » », rôle que j’étais pas prête à endosser. Aujourd’hui, je travaille dans un environnement différent mais masculin. Jamais je n’ai été traitée d’une manière comparable. J’ai le sentiment que les mentalités évoluent : la nôtre, et celle des autres, aussi. C’est tant mieux et c’est à nous de faire en sorte que l’on ne revienne pas en arrière. Bravo donc pour tous ces articles personnels, qui j’en suis sûre ne sont pas faciles à écrire ni à publier.

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci infiniment de ton partage Camille ! Je pense en effet que nous avons des histoires et personnalités très similaires. Je te souhaite de tout coeur de réussir à aborder ton burn-out, c’est très libérateur et je pense que ça aide à la guérison. Comme tu le dis je pense que les mentalités évoluent et que la parole se libère sur tous ces sujets. C’est bien et c’est important ! Prends soin de toi !

  • Pascale 8 juin 2020

    Bonjour Daphné, quand j’ai lu le titre de ton article je me suis dit « c’est le propre d une blogueuse non ? » et puis j’ai lu que tu en avais pleinement conscience. Après tu parlais du désir de perfection et c’est curieux car ces derniers temps où tu publies plus sur le développement personnel et moins sur la mode, je me dis que je devrais arrêter de te lire car tu renvoies trop une image de perfection impossible à atteindre. Je crois que je préférerais quand tu écrivais de façon plus légère comme une bulle de savon. Et en même temps je ne peux pas m empêcher de venir te lire. Un besoin de vie idéale. Bref je conçoit tout a fait la contradiction d etre une blogueuse dans le développement personnel. Je te souhaite de continuer à t épanouir et de toute façon la vie nous fait évoluer dans des directions non idéales ou non imaginées. Je relis mon message et je me rends compte que cela part dans tous les sens. D ailleurs ai je le droit de t ecrire comme ca. N est ce pas complètement absurde de parler a une inconnue de sa vision ?

    • Laura 9 juin 2020

      J’ai le même sentiment que Pascale. Depuis ton burn-out, je trouve que tes articles mettent davantage en valeur cette image de perfection inaccessible, de contrôle de soi & je ne ressens plus le même plaisir à te lire (même si je continue car j’aime ton travail). Il n’y a plus cette légèreté, cette fraîcheur que j’aime tant.Peut-être parce que je ne suis pas une amatrice de développement personnel. Mais comme Pascale, je reviens toujours, je lis ta newsletter. Seulement, je ne me retrouve plus dans tes articles, dans tes partages. Mais ce n’est pas un reproche. Tu as évolué après ton bien out & c’est ton blog donc c’est tout à fait normal que tu choisisses tes sujets, ta ligne éditoriale. Mais « l’ancienne Daphné », qui parlait mode, déco, culture, lifestyle me manque, je l’avoue !

    • Daphné 10 juin 2020

      @Pascale : Au contraire, c’est bien d’exposer sa vision, tu as le droit 😉 Je me retrouve bien dans le format actuel de mon blog : des choses légères (les looks, les articles « Les Cinq Petites Choses » et des choses plus « profondes » comme le développement personnel qui permettent, je l’espère, de faire ouvrir les yeux, découvrir des choses, repenser des concepts et aider ma communauté à être plus épanouie ! C’est important que mon support me ressemble pour que je m’y épanouisse et vous donne le meilleur de moi !

      @Laura : merci de ton partage et de ton ressenti bienveillant ! Je n’ai pas l’impression de moins vous parler lifestyle/déco/culture : ce sont des sujets que j’aborde beaucoup dans mes articles Les Cinq Petites Choses que je poste toutes les semaines ! Pour la mode je suis d’accord mais le confinement y a été pour beaucoup : moins facile de shooter des tenues mais je compte bien reprendre tout ça 😉

    • Ornella 13 juin 2020

      Je rejoins exactement les deux commentaires précédents. Ta nouvelle ligne éditoriale ne me correspond plus et manque cruellement de légèreté. Au contraire, tes photos actuelles reflètent plus la recherche de perfection qu’un sentiment de lâcher prise, à part l’article du vendredi qui est toujours un réel plaisir à lire.
      Je suis psychologue clinicienne d’orientation TCC, et les blogueuses qui s’essaient au développement personnel et à la mindfulness (3ème vague des TCC) me dérangent fortement. Alors oui un burn out a pour conséquence d’engendrer un changement de vision sur soi-même, les autres et le monde.
      Mais, les références ou les conseils lectures cités sur les blogs et/ou Instagram m’hérissent souvent, car c’est ce qu’on parle dans notre jargon de la « psychologie de comptoir ».

    • Daphné 14 juin 2020

      Hello Ornella ! Je suis navrée que tu perçoives mon contenu actuel comme une recherche de perfection car c’est tout le contraire, je me sens tellement libérée et plus sereine ! Partager mon expérience m’aide dans des articles beaucoup 🙂 Honnêtement quoi de plus naturel que de se mettre à nu en dévoilant ses doutes, ses incertitudes comme je le fais ici ? Crois moi ça n’a pas été facile de le publier pour moi qui ait une tendance ultra perfectionniste 😉
      En ce qui concerne le dév perso, je pense qu’il ne faut pas le mettre en concurrence avec la psychologie, c’est une évidence ! Cela plus de 10 ans que je m’intéresse au DP (avant que ce soit la « mode ») et ça a transformé ma vie ! Je pense que cela peut faire prendre conscience de certaines choses et accompagner beaucoup de personnes dans leur cheminement personnel, en complément d’un suivi psychologique professionnel si nécessaire ! Mais le dev perso peut être le premier pas/élément déclencheur vers la remise en question (cela a été mon cas) afin de mieux se connaître, soigner ses démons et s’accepter ! Bon dimanche !

    • Pauline 23 juin 2020

      Hello Daphné 🙂 Personnellement, je te suis depuis les tous débuts de ton blog et j’aime énormément le nouveau tournant que ce dernier a pris ces derniers temps ! Cela semble plus profond, plus personnel, plus conscient et plus riche. Je pense aussi que tu amènes de nombreuses personnes attirées par des univers plus légers sur des sujets importants. Un bravo sincère 🙂

    • Daphné 23 juin 2020

      Merci beaucoup Pauline, c’est aussi ce que j’espère. Je suis ravie que tu partages ce ressenti ! Des sujets légers mélangés à des sujets plus personnels et profonds, c’est un mélange qui me convient bien 🙂 A bientôt !

  • Mag 8 juin 2020

    Bonjour,
    Je souffre énormément du regard des autres ou de ce que les autres pourraient penser de moi. Cela devient de plus en plus difficile pour moi et je pense aller consulter quelqu’un pour faire face à tout ca. On sent bien que toi, tu le ressens par rapport aux réseaux sociaux et à ton blog. Moi ce serait plus dans ma vie de tous les jours, avec les gens qui m’entourent, avec les gens que je côtoie au travail ou à l’école de mon enfant. C’est assez perturbant. Je suis contente d’avoir lu ton article et j’espère comme toi pouvoir un jour trouver des outils qui puissent m’aider à me sentir mieux. Je vais mettre ton article en favori pour pouvoir le relire plus tard. Bonne journée,

    • Daphné 10 juin 2020

      J’espère que mon article pourra t’aider dans ta démarche ! Tu parlais de consulter quelqu’un pour t’accompagner, je te le recommande à 100% ! Ca fait beaucoup de bien d’avoir un regard extérieur ! Prends soin de toi !

  • Krisztina 8 juin 2020

    Bonjour Daphné, un grand merci à toi pour cette amazing article! Tu ne peux pas imaginer combien ta sincérité et ton courage m’a touchée, et combien je me sens concernée par cette peur du regard des autres. Tes conseils, tes astuces et les vidéos que tu nous as recommandées vont sûrement m’aider à surmonter cette chose. Merci!

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci infiniment Krisztina, je suis ravie de savoir que mon article t’a plu et a pu t’aider !

  • delphine bell 8 juin 2020

    bravo , life is short anyway delphine bell on http://www.desmotsquitrottent.fr

    • Daphné 10 juin 2020

      yes indeed ! 🙂

  • MONFORTE 8 juin 2020

    Bonjour,

    J’aime beaucoup l’évolution récente du blog. Les sujets autour du développement/cheminement personnel m’intéressent particulièrement. N’hésite pas à partager tes recommandations de conférences TED car, jusqu’à présent, elles m’ont toutes beaucoup intéressée. Merci pour tes articles concernant l’anxiété et le regard des autres car même si je ne suis absolument pas concernée par ces difficultés, cela m’a aidé à comprendre ce que ressentent certains proches et à les aider mettre des mots dessus. Bonne continuation à toi.

  • Eugenie 8 juin 2020

    Bonjour Daphné,

    Merci pour cet article très instructif.
    Il y a quelques temps, j’ai pris conscience de l’impact du regard des autres. Depuis, j’essaie petit à petit de m’en détacher. Tes conseils me seront très précieux et me permettront d’avancer dans ce cheminement.
    J’aime ton authenticité, ta sincérité et ta joie de vivre.
    J’apprécie énormément que tu publies des articles aussi bien de développement personnel, que de déco, de cuisine ou de mode. A mon sens, cette diversité est une force et permet d’aider un grand nombre de personnes.
    Continue dans ce sens et bravo pour ton travail.

    Bonne soirée.
    Eugénie.

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci Eugénie, ça me touche beaucoup ! Je me retrouve beaucoup dans cette diversité de contenus moi aussi, ça me fait plaisir de lire que toi aussi 🙂

  • ANNE LESESVE 9 juin 2020

    Bonjour Daphné,
    Quelle maturité et quelle humilité! A 30 ans et des poussières, vous faites preuve d’un sacré recul face à la vie et je vous admire. J’ai quelques années de plus que vous (20 ans oups!) et il m’a fallu plus de temps que vous pour effectuer toute la démarche que vous avez eue jusqu’à présent. Ce que je sais, c’est qu’avec les années, il est plus facile d’être soi-même et de s’affranchir du regard des autres. Profitez de toutes ces belles années devant vous (30, 40 ans) qui sont des années d’épanouissement personnel et durant lesquelles notre santé physique est à son apogée.
    Continuez votre bout de chemin, vous êtes une belle personne et votre sourire ne fait que le confirmer. Bisous à Pixel
    Anne

    • Daphné 10 juin 2020

      Oh merci Anne, quel beau commentaire qui me va droit au coeur ! En effet, on m’a toujours dit qu’il est plus facile de s’affranchir du regard des autres avec les années, c’est plutôt une bonne nouvelle ! 😉

  • Laurine 9 juin 2020

    Bonjour Daphné,

    Merci pour cet article, car en effet il n’est pas facile de se débarrasser du regard des autres, je le ressens dans ma fonction ou j’ai toujours le mauvais rôle celle qui doit remettre les autres dans les rails et ce n’est pas toujours simple. Les gens associent souvent le messager au message et j’avoue que c’est pesant. Et comme beaucoup je manque aussi de confiance en moi ce qui n’arrange rien y compris dans ma vie personnelle, donc il y a du boulot de mon coté, merci pour toutes ces références.

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci de ce partage Laurine, j’espère que mes partages pourront t’aider !

  • Myriam 9 juin 2020

    Bonjour Daphné,
    Merci beaucoup pour cet article personnel et sincère! Je me sens concernée par ce sujet, moi aussi je suis très sensible (voire dépendante) du regard des autres. Tu proposes beaucoup de pistes intéressantes que je vais explorer 🙂
    J’aime beaucoup tes articles axés sur le développement personnel, et comme quelqu’un l’a mentionné plus haut dans les commentaires, tes recommandations sont toujours très intéressantes! Donc merci pour tout ce travail et ce partage!
    Passe une belle journée!

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci beaucoup Myriam, ça me fait très plaisir !

  • Leblogdeblondie 9 juin 2020

    Bonjour Daphné

    J’ai beaucoup de mal à me détacher du regard des autres, et ça fait des années que ça dure malheureusement.
    Ton article est hyper encourageant et ça fait plaisir !
    Bonne journée

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci ! J’espère que mes recos pourront t’aider dans ton cheminement ! Je sais bien combien c’est difficile de se détacher du regard des autres 🙂

  • douceluciole 9 juin 2020

    Article très intéressant. Article que je vais conserver précieusement dans les « à relire » comme piqûre de rappel. Je trouve que tu l’as très bien construit et qu’il fait prendre conscience de certaines choses. Je pense prendre le temps de regarder/écouter certaines ressources que tu partages.
    Je suis également l’archétype de la fille qui veut plaire à tout le monde et qui n’ose pas dans ce cadre. J’ai même du mal à savoir ce que j’aime réellement, ce que je veux réellement tellement. J’essaye de répondre à ces questions mais sans grand succès. Peut-être qu’en initiant le processus à l’envers et en me détachant de cette volonté de paraître parfaite, je gagnerai en profondeur.
    Bref, article très intéressant. Ravie que tu abordes ces sujets, tes vulnérabilités. Bonne continuation, Daphné.

    • Daphné 10 juin 2020

      Merci beaucoup de ton commentaire ! J’espère que mon article pourra te donner des pistes pour te libérer du regard des autres ! Prends soin de toi !

  • Clara 9 juin 2020

    Bonjour Daphné !
    Merci pour cet article inspirant.
    Je me retrouve totalement dans ce que tu dis. Je n’ose pas parler en classe ou aller à des soirées à cause du regard des autres. Je m’empêche de faire pleins de choses. Et même si je m’en contentais avant, je passe peut être à côté de pleins de choses et j’aimerai me libérer de cette peur. Je vais essayer de mettre en pratique tes conseils et aller voir les recommandations de ton article.
    Depuis que tu as commencé à partager des articles de développement personnel, j’ai pu commencer mon propre travail sur moi. Et tes articles font souvent déclic pour m’aider et sont une source d’inspirations. Les recommandations que tu mets en avant sont toujours d’une grande aide. Merci beaucoup!
    Bonne journée

    • Jade 9 juin 2020

      Clara, tu m’enlèves les mots de la bouche, haha. Comme toi, je n’ose pas parler en classe et je m’interdis beaucoup de choses de peur qu’on me juge ou que l’on ne me comprenne pas. Bon courage à toi !

    • Daphné 14 juin 2020

      Merci Clara, si tu savais combien ce la me fait plaisir de lire que mes articles de développement personnel ont pu t’aider à entamer un travail sur toi, c’est génial ! Je te souhaite tout le meilleur !

  • Jade 9 juin 2020

    Hello Daphné,
    J’espère que tu vas bien.
    J’ai lu ton article seulement quelques minutes après qu’il soit paru. J’ai réfléchi et tourné les mots dans ma tête. Aujourd’hui, c’est avec un (petit) peu plus de recul que j’écris ce commentaire.
    Contrairement à certains commentaires précédant (que je ne critique en rien, chacun son avis), je ne suis que joie lorsque tu publies un article de développement personnel, et c’est sans doute ceux que je préfère. Tu oses te dévoiler et cela fait du bien à lire, bien que cela doit être difficile.
    Pour moi, le confinement a été une bulle de douceur, sans jugements ni peurs. Le déconfinement est bien plus dur : des angoisses qui surgissent et la peur grandissante de ce que les autres peuvent penser de moi. Peur de parler en public, de dire quelque chose de déplacé, de ne pas être conforme à ce que l’on attend d’une fille de mon âge, de m’habiller comme je le souhaite… D’être moi-même. Je me restreins depuis des années, j’avance puis je recule. La fin du lycée sera, je le sais, une libération de cette pression (que je m’inflige en partie seule). Mais c’est un travail de toute une vie, plus facile pour certains, plus difficile pour d’autres.
    Encore MERCI pour cette article, je vais de ce pas consulter les ressources que tu recommandes. Comme MONFORTE, je serais ravie d’avoir d’autres de tes recommandations TED.
    En te souhaitant une belle fin de séjour à Bordeaux, bonne journée à toi.

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci beaucoup de ton commentaire Jade, ça me touche beaucoup ! Je te souhaite d’arriver à te libérer du regard des autres, je sais combien cela est difficile 😉 A bientôt !

  • Marion 9 juin 2020

    Merci pour cet article et du virage que tu prends. Tes mots sont si justes, je me reconnais tellement … Au plaisir de lire encore et encore tes articles et recommandations.
    Belle après midi, bises.
    Marion.

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci de ton petit mot Marion, ça me fait très plaisir !

  • Elodie 9 juin 2020

    Bonjour Daphné,
    Merci pour cet article et mes meilleurs voeux de réussite dans ce cheminement. En ce qui concerne les critiques, j’essaie de me rappeler la fable de La Fontaine « Le Meunier, son fils et l’âne » quand je doute. Savoir que depuis des siècles, l’être humain est condamné à subir les critiques de ses contemporains en toute circonstance m’aide à relativiser. 🙂

    • Daphné 16 juin 2020

      Tu as raison Elodie ! Apprendre à relativiser change tout mais c’est dur haha ! J’y arrive par moment et d’autres fois c’est un vrai combat !

  • Amy 10 juin 2020

    Bonjour Daphné, j’ai beaucoup apprécié cet article pour son exhaustivité et son intimité. Sans ordre particulier, j’ai plusieurs remarques à partager. Tout d’abord, je suis exactement pareille. Ce week-end, chez des amis d’amis, j’avais du mal à intégrer la conversation et je me sentais taché chez eux, loin de ma zone de confort. Pour faire un effort à un moment ou la conversation tourne autour des sushis et à quel point c’est délicieux, j’ai exprimé tout haut (Mais tout de même sur un ton peu assuré) mon dégoût pour les mochis, les desserts japonais. Les amis fais s’exclament « nous, on adore! ». Ce à quoi je réponds : « ah, désolée!! ». Comme si je venais de les insulter. Je me suis rendue compte que j’avais besoin de leur approbation. Peut être un réflexe reptilien : je me sentait « en danger » chez eux et je devais recevoir l’acceptation de mon hôte. Je pense, et c’est ma deuxième remarque, qu’on n’y échappera pas. On peut en avoir conscience et reconnaître que c’est debile, mais on n’arrivera pas à devenir des robots complètement détachés de nos émotions. On peut les nommer et ça les rends déjà plus domptables, mais on ne peut pas les arrêter avant qu’ils ne surgissent. Ce qui me mène à ma dernière remarque : je pense que le développement personnel est une farce. Bon, le mot est un peu fort, je sais que ça aide beaucoup de personnes et moi la première. Mais c’est une autre forme de tourbillon infinie : écoutez tel podcast (j’ai 300 épisodes de retard!!), regardez telle chaîne YouTube (plus de 250 vidéos), méditez au moins une heure par jour (de préférence à 5h du matin!), mangez sain (donc vegan!), dormez beaucoup (mais sortez quand même, les amis c’est important!)…bref. Et la personne qui a le sentiment d’échouer au développement personnel a le sentiment d’être le plus gros loser de la terre parce que c’est supposément « simple ». Qui peut, à l’heure des sms et des e-mails et du 24/24, honnêtement réussir à atteindre ce que le développement personnel promet? D’un burn-out lié au monde du travail – qui est hors du cadre de la vie privée – on passe à un burn-out dans sa vie privée, ce qui est pire. Il y a 20 ans les gens s’en fichaient de ce à quoi ressemblait leur intérieur. Avec IKEA maintenant t’es un loser si c’est pas joli chez toi. On nous pousse à de plus en plus de conformisme et le développement personnel en fait partie. Les hippies modernes du peace and love qui ne peut pas fonctionner dans un monde où l’homme est un loup pour l’homme et où nous fonctionnons avec des cerveaux reptiliens. La joie n’existe qu’en opposition à la tristesse – Il y aura toujours un équilibre des deux. Peut être que le DP permet d’infuser dans son quotidien plus de joie, mais pour moi il fait tout simplement accepter qu’on peut se sentir triste, inadéquat, à côté de la plaque, rejeté par moments. On le ressent tous. Je ne pense pas qu´Instagram aide la cause – renvoyer des images de perfection sans cesse, retouchées en plus, et irréelles. Si la personne qui sourit sur la photo comme si elle venait de gagner au loto est réellement en train de pense « j’espère que j’aurais plein de likes », elle devrait plutôt faire la grimace non? Comme quelqu’un le dit plus haut on a tous besoin d’avoir une vie idéale pour se sentir en contrôle et se sentir en sécurité. Ce sont des besoins vitaux dont on ne se débarrassera jamais – on ne fera qu’y trouver de nouvelles réponses.
    Une chose est sure : ton article ma invitée à la réflexion aujourd’hui! Je t’en remercie.

    • Daphné 16 juin 2020

      Hello Amy ! Merci de ton message et de ton partage d’expérience ! Je te rejoins dans le fait qu’il y a du bon comme du moins bon dans le développement personnel et il peut d’ailleurs prendre tellement de formes que l’on se retrouve perdue ! J’ai justement eu cette conversation avec une amie récemment qui m’a recommandé de lire ce livre si ça t’intéresse : Happycratie de Edgar Cabanas et Eva Illouz ! Je pense qu’il invite à des réflexions intéressantes ! On est parfois tellement obséedé.e par la recherche du mieux/du bonheur qu’on en oublie de vivre le moment présent ! Il est important de ressentir toutes les émotions, même les moins agréables !

  • Canelle 10 juin 2020

    Je rejoins Pascale dans son commentaire. Je vote pour un retour au naturel, davantage de légèreté, de sensibilité, de « petits trucs » de la vie quotidienne.
    Etre moins moralisateur, plus cool aussi. Des photos moins retouchées, plus naturelles, moins posées… Je pense que beaucoup de blogueuses oublient la spontanéité et le naturel au profit de l’artifice…

    • Daphné 16 juin 2020

      Hello Cannelle 🙂 Pour moi il n’y rien de plus naturel que de se mettre à nu comme ici en dévoilant son intimité mais je suis désolée que tu le perçoives autrement ! En tout cas loin de moi l’idée d’être moralisatrice, je déteste les gens moralisateurs haha ! Je garde ton commentaire en tête en tout cas, je suis toujours très ouverte à vos retours, c’est important de connaître vos ressentis !

  • Aziliz 10 juin 2020

    Voilà un article qui me parle tout particulièrement (et manifestement je suis loin d’être la seule) et encore une fois très documenté. Je pense que mon prochain livre audio sera un de ceux de Brenee Brown, as-tu un ouvrage particulier à me recommander parmi tous ceux qu’elle a écrit ?

    • Daphné 16 juin 2020

      Hello Aziliz ! Brené Brown est formidable tu verras ! Tu peux commencer par Le Pouvoir de la Vulnerabilité qui est top !

  • Gaëlle 10 juin 2020

    Bonjour Daphné, merci pour cet article que j’ai trouvé très intéressant et très naturel justement au contraire car tu t’exprimes sur ton cheminement.
    Je trouve cela courageux d’aborder des sujets moins légers et si ce n’est pas de prime abord ce que je venais « historiquement » chercher en lisant ton blog, au final je me rend compte qu’en fait c’est exactement ce que j’ai besoin de lire pour nourrir mon propre cheminement et ton article m’invite à aller plus loin dans mes réflexions, il est comme toujours clair et documenté.
    Donc pour ma part, j’aurais du plaisir et beaucoup d’intérêt à lire de futurs articles autour du développement personnel. Et bien sûr, toujours autant de plaisirs à découvrir tes looks et autres contenus. Belle journée

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci beaucoup Gaëlle ! J’adore avoir la liberté de pouvoir vous parler de plein de sujets différents ici 🙂 Merci de tes mots encouragements !

  • Florence 10 juin 2020

    Merci pour cet article très détaillé comme d’habitude 🙂
    Je pense que la majorité des femmes expérience cette peur du regard des autres. Comme toi je suis persuadée que c’est lié à l’éducation des petite filles (si tu ne l’as pas lu la BD féministe « les sentiments du Prince Charles » m’a ouvert les yeux). Et comme tu le dis, en réalité, les autres pensent beaucoup moins de temps à penser à nous que ce qu’on imagine !
    En revanche je pense que le Développement Personnel peut avoir tendance à nous emmener à viser une autre forme de perfection. A force d’entendre des injonction à vivre des modes de vie « healthy » on a tendance à oublier que c’est normal aussi (et pas si grave que ça) de se sentir triste, inadéquat, jaloux parfois. Ce sont des émotions humaines par lesquelles tout le monde passe 🙂

    • Daphné 16 juin 2020

      Complètement d’accord avec toi, c’est hyper important de ressentir toutes les émotions, même les moins plaisantes ! Le développement personnel ne doit pas être une simple injonction au bonheur permanent mais plutôt une invitation à être en phase avec soi-même et accepter toutes les émotions ! comme tu le dis se sentir triste, inadéquat ou autre sont des choses normales qu’il ne faut pas vouloir mettre sous le tapis mais plutôt accepter !

  • Amélie 10 juin 2020

    S’affranchir du regard des autres et prendre conscience qu’on ne fera jamais l’unanimité, ok. Mais quid des injonctions sociétales plus globales qui font que l’on peut se sentir jugé sur son mode de vie juste en ouvrant Instagram ? Les « autres » ce ne n’est pas que son entourage mais ce sont également les injonctions plus ou moins implicites renvoyées par les médias, les influenceurs. J’ai été particulièrement saoulée pendant cette période de confinement par ce besoin de nous rabâcher les bienfaits de la cuisine maison et autres recettes de banana bread gluten free sur mon feed, de cette injonction à rester actif en publiant des vidéos de sport, etc. S’affranchir du regard des autres c’est aussi lâcher prise sur ces injonctions et préceptes de vie qu’on nous renvoie en permanence. Ça commence par prendre conscience de la charge qui pèse sur nous, et peut-être particulièrement sur nous en tant que femmes, pour enfin se foutre la paix. Généralement, l’entourage a tendance à suivre et accepter quand on s’assume enfin !

    • Daphné 16 juin 2020

      Tu as bien raison, l’important c’est de s’accepter, de connaître ses valeurs et de faire des choix pour soi ! C’est la chose la plus intéressante à retenir !

  • Nathalie 11 juin 2020

    Merci Daphné pour ce formidable article de fond avec des liens très intéressants! 🙂
    J’ai été très touchée par tout ce dont tu parles, en effet, je suis de nature plutôt diplomate et perfectionniste, et j’ai également fait un burn out l’an dernier.
    Je suis mannequin et suite à mon burn-out : blogueuse!;-)
    Deux métiers/activités où il vaut mieux être en paix vis à vis du regard des autres! 😉
    Mannequin est un métier merveilleux mais très dur car on doit toujours être parfait et on est jugé en permanence. Les critiques sont souvent terribles sur notre physique, nos capacités intellectuelles…et les personnes ne se gênent pas pour les faire devant nous comme si nous n’étions pas réels ou n’étions pas en mesure d’entendre.
    De plus, nous devons être depuis quelques années avoir impérativement un compte Instagram et pour beaucoup de mannequins, les likes et le nombre de followers sont une immense source de stress car beaucoup de bookings en découlent.
    Il est fondamental d’être en accord avec son moi profond, sa petite voix et d’oser être soi. Accepter de ne pas forcément plaire à tout le monde et apprendre à aimer ses imperfections. Après tout ce sont nos imperfections qui nous rendent « humain(e)s ».
    De plus, être soi-même nous permet de faire le tri dans nos vies et ainsi d’attirer à nous des personnes qui nous ressemblent. La vie est trop courte pour ne pas être soi!
    Je t’encourage de tout coeur et je te soutien à 2000% dans ta belle démarche, tu peux être fière de toi.

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci infiniment de ton message qui m’a beaucoup touché ! J’imagine en effet combien le sujet de l’image et du regard des autres doit être pesant lorsqu’on est mannequin. Je te souhaite le meilleur pour la suite de tes aventures !

  • Pauline 12 juin 2020

    Ah merci Daphné! Cet article me donne bcp de pensées autour de nos inquiétudes sur les autres. Vos points avec les exemples de Forrest Gump et de Newt Scamanader m’ont touché aussi. Quand je commence à avoir des soucis de ce qu’en pensent des gens, je me dis, « Et alors, ils pensent à eux-mêmes aussi, pas à moi! »

    Et je n’ai pas laissé des autres commentaires récemment, mais j’ai vu que vous et Vincent allez déménager à Bordeaux! J’ai hâte de voir vos nouveaux articles sur cette ville et la suite de votre vie après Paris. J’adore Paris, mais j’ai aussi visité Bordeaux au passé et c’est intéressant & pleine de belles choses à voir! xx

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci beaucoup de ton commentaire et de tes gentils mots Pauline, c’est adorable !

  • Pauline 12 juin 2020

    Deuxieme commentaire du jour (troisieme en fait) et je tiens à te dire, again, que si tu es la seule blogeuse que je continue de suivre c’est car je t’ai toujours perçue comme quelqu’un avec qui je peux facilememt m’identifier pour 10000 raisons mais aussi car ton discours m’a toujours paru honnête. Ton blog (ni toi) ne s’est pas converti en un enchainement d’articles sponsorisés (souvent avec des articles en contradiction…). Avec les reseaux sociaux ce phenomene d’articles sponsorisés a explosé mais je sais que des que je vais sur ton blog ou regarde tes stories, je vais avoir du vrai contenu et de l’honnêteté.

    Le fait que tu abordes des sujets si profonds c’est top et en plus ils nous aident. Et oui souvent tes articles me motivent et m’aident à rester positive.
    C’est moche et triste que des personnes puissent etre si mechantes envers toi. Cela dit tu as raison, on donne souvent (à tort) trop d’importance à des mots ou des paroles. On s’enfonce le couteau tout seul. Nous vivons dans un monde ou, en apparence, pour être heureux il faut être socialement accepté… Il faut rentrer dans une case, deux maximum et bonjour la critique quand on essaie de mettre un pied en dehors des cases qui nous ont été attribuées… Pour ma part c’est mon travail qui m’a appris à m’accepter et à ne plus me soucier autant de l’opinion des autres.

    Je travaille dans la mode et avec presque 10ans dans ce secteur, je peux affirmer que c’est un milieu faux et ingrat, que X deshabille toujours Y pour ensuite habiller Z …
    Un milieu ou donner tout haut son opinion (differente) à deux issues: devenir Dieu pendant une semaine ou bien le mouton noir pendant un mois. Au fil du temps, j’ai compris que peu importe ce que je dirai ou ferai, ca ne plaira jamais à tout le monde donc j’ai decidé de dire ce que je pense, de faire ce qui me semble juste et de me forcer à ne pas oublier que l’opinion de X ou Y ne doit en aucun cas m’affecter plus de 5minutes.

    Vivons notre vie comme bon nous semble et que X et Y vivent la leur comme bon leur semblera.

    Ado quand j’entrais en phase gossip girl ma mère me disait balaie devant ta porte au lieu de balayer devant celle du voisin.
    Aujourd’hui, cette phrase je l’utilise souvent car elle vexe les gens et les « aide » à se rappeler qu’il y a aussi de quoi faire devant leur « porte ». Elle me sert aussi pour faire comprendre aux autres que je n’ai pas besoin d’aide pour balayer devant la mienne.

    Xx

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci infiniment de ce commentaire Pauline, il m’a fait tellement plaisir à lire, tu n’as pas idée ! Toute la première partie de ton commentaire m’a beaucoup touchée, vraiment ! Je te rejoins à 100% dans ton commentaire et tu as raison nous devrions tous balayer devant notre porter avant celle du voisin 😉

  • Caroline 12 juin 2020

    Bravo pour cet article si bien écrit. Tu as tellement raison, impossible de plaire à tout le monde et pourtant les critiques des autres peuvent faire tellement de mal ! Je suis toujours un peu tiraillée entre l’émotion et la raison : je sais bien que chaque être humain a des goûts différents et qu’il est absurde d’attendre l’approbation des autres et pourtant pas si facile de s’en détacher … et je suis comme toi, je rumine, je me fais du mal…

    Pour parler des livres, des films, des séries… Je trouve que c’est justement lorsque les créateurs créent des personnages basés sur eux-mêmes, sur des vrais gens en parlant de leurs singularités que ça touche le plus de gens ! Comme quoi, c’est en étant fier et en assumant sa personnalité que l’on se rapproche des autres 🙂

    • Daphné 16 juin 2020

      Merci de ton commentaire Caroline ! Moi aussi je suis souvent tiraillée entre émotion et raison et se détacher de la critique est plus simple à dire qu’à faire on est d’accord ! Mais tu as raison, c’est en assumant sa personnalité que l’on se rapproche des autres !

  • Clemence 12 juin 2020

    Bonsoir Daphné,
    Quel bel article ! Si inspirant ! Je me devais de laisser un commentaire.
    Je fais partie de ces gens dont la vie est littéralement guidée par le regard des autres. A tel point que je me demande parfois ce que je veux vraiment, quelles sont mes aspirations, mes convictions. C’est si déroutant de se dire qu’à 27 ans, je suis incapable d’exprimer mes choix, que je fuis systématiquement le conflit ou encore que je n’arrive pas à confronter mon avis aux autres.
    J’ai fait le choix de partir en expatriation. J’ai du faire face au confinement, seule, dans un pays que je connaissais finalement peu. Et cette expérience m’a ouvert les yeux. Je me suis enfin arrêtée et je me suis posée les vraies questions. Et je crois pouvoir dire que j’ai accepté mes faiblesses et pris conscience de mes forces. Que j’y vois un peu plus clair même si le chemin sera encore long. J’ai compris que j’étais partie en pensant régler des « problèmes » que je ne faisais que fuir. Parce que j’avais peur de les affronter et de devoir « avouer » aux autres que certaines choses ne me plaisaient pas.
    Aujourd’hui, si je peux donner un conseil, ce serait sûrement d’être bienveillant avec soi. De s’avouer ses faiblesses, ses craintes, ses angoisses. Pourquoi pas écrire. C’est ce qui m’aide le plus. De se dire que cela n’a rien de risible d’être sensible, de ne pas aimer tel ou tel film alors que le monde entier semble l’adorer. De dédramatiser ce que l’on croit devoir être caché, camouflé ou arrangé.
    Notre vie nous appartient et il nous incombe de la vivre comme on le veut. Sans être bridé par le regard des autres. Car après tout, nos différences font que le monde est plus beau et plus riche.
    Alors Daphné je te remercie pour avoir ouvert ce sujet qui me tient tant à cœur et qui est si important.

    • Daphné 16 juin 2020

      Oh merci Clémence, j’ai été hyper touchée par ton partage d’expérience ! Je me réjouis de lire que ce confinement semble t’avoir été bénéfique ! C’est top si cela t’a permis de faire le point sur ta vie, tes craintes, tes angoisses … C’est toujours le premier pas pour se détacher de toutes les choses qui nous pèsent et nous encombrent ! C’est hyper courageux d’être partie dans un pays que tu ne connais pas ainsi en tout cas ! Bravo ! Je te souhaite tout le meilleur, prends bien soin de toi !

  • Hélène 12 juin 2020

    Bonjour Daphné,
    Les crises sont toujours faites de telle sorte que tu puisses en tirer un nouveau souffle, un nouveau virage. C’est pas facile et il faut être en capacité de rebondir, d’être résilient.
    En parlant de regard, voici le mien sur ce que je perçois de ton compte Instagram/blog :
    Il y a quelques années (4ans je pense) je suis tombée sur ton compte auquel j’ai beaucoup aimé l’univers, l’ambiance. Mais quelques mois avant ton « burn out » (le mot est très moche je trouve Haha), je me suis désabonnée. Pourquoi ? Car outre le contenu très beau, je trouvais ça plat. « Encore une blogeuse parfaite qui vend des produits trop « bobo » (chacun y met ses clichés avec) ou qui manque de conscience écologique (ça renvoie à mes propres valeurs) ». Et puis… Cette crise qui te traverse et voilà que le changement opére !
    Voilà une blogueuse qui se libére, enfin ! Tu t’ouvres enfin sur ta personnalité avec des aspérités ! Et c’est ça qui est beau à mon sens ! En outre, avec une prise de conscience sur le consumérisme.
    Pour moi, ton métier évolue et pour garder tes lecteurs/abonnées, il faut que l’on puisse s’attacher à une personnalité (même par écrans interposés). Vendre oui mais vendre à qui, avec quelle valeur ? C’est très libérateur une fois que tu es en congruence avec tes propres valeurs. Fuck les autres, ils aiment ou pas mais c’est comme ça. Imagine le pouvoir d’influenceuse que ça donne ! Cest fabuleux !
    Donc du coup, je suis revenue dans ta communauté ! Et je t’encourage à pousuivre sur ce chemin que tu viens d’entamer.
    Hélène.

    • Daphné 16 juin 2020

      Hélène, merci beaucoup de ton commentaire ! C’est hyper précieux pour moi que tu m’exprimes ton ressenti sur mon compte avec autant de transparence 😉 Je vivais en auto-pilote avant mon burnout et je me mettais tellement de pression à produire du contenu de tout côté que je peinais à le rendre riche c’est certain. Je me sens tellement plus en phase aujourd’hui ! Ravie de savoir que tu es de retour dans ma communauté 😉

  • Adèle 12 juin 2020

    Bonjour Daphné,

    Je suis un peu décontenancée par les commentaires négatifs sous cet article. Je te suis depuis quelques années désormais et je trouve que le fait que tu ne parles plus uniquement de sujets « légers » (bien que j’adore tes articles mode et déco) mais de tes sentiments, cela te rend plus attachante et accessible encore. Désormais, nous voyons la Daphné « backstage » que ça soit pour les photoshoot, les humeurs, etc. Je ne trouve pas tes articles « moralisateurs » comme certains blogs, ils me font au contraire réfléchir.

    Je pense que ton intérêt pour le développement personnel n’est pas motivé par le but de devenir parfaite mais d’être en accord avec toi même pour être la plus heureuse possible. De nous montrer ta démarche, de l’expliquer avec tes propres mots, c’est très courageux. Surtout si cela n’est pas dans ta nature.

    Contrairement à toi, j’ai une tendance à tout extérioriser. Je ne sais pas faire semblant d’aimer ou de détester quelque chose, et ce depuis toute petite. J’ai donc de la chance car ce trait de caractère m’a permis d’affirmer ma personnalité et mes opinions sans trop me préoccuper du regard des autres. Cela m’a bien sûr parfois joué des tours (et des moqueries). Mais finalement en grandissant je constate que c’est certainement parce que j’ai toujours été 100% authentique et même parfois (souvent si on compte les examens universitaires) vulnérable que les liens que j’ai tissé avec mes proches sont forts. D’ailleurs c’est en osant faire et dire ce que j’aimais réellement que j’ai pu me nouer plein de belles amitiés avec des personnes totalement différentes.

    Toutefois, je ne sais toujours pas répondre aux critiques et moqueries. Généralement j’encaisse, je me remets en question si nécessaire, j’en parle si elles me font mal et j’essaie de passer rapidement à autre chose. J’aime à penser que l’ignorance est le meilleur des mépris.

    Certes, il existera toujours des gens mauvais, qui jugeront sans connaitre. Mais ces gens qui jugent sont certainement ceux qui justement n’arrivent pas à se libérer du regard des autres, car bien souvent derrière le jugement, il y a un soupçon de jalousie 😉

    Je te souhaite de trouver ton équilibre et ton bonheur. Belle journée Xx

    • Céline 13 juin 2020

      @Adèle, tu m’as ôté les mots de la bouche… 🙂 Je suis très admirative de ton travail @Daphné, notamment parce que je trouve que tu arrives à faire passer des messages sans être moralisatrice. Depuis ton burn-out, tu acceptes de te montrer imparfaite, et cela fait tellement de bien (ça doit te soulager toi aussi…) ! J’apprécie énormément tes nouveaux sujets, sans doute car je suis le même chemin que toi en parallèle. J’ai donc été assez surprise de certains commentaires mais j’imagine que cela est normal, chaque blogueuse, comme toute personne, évolue, et si les chemins se séparent un peu on se reconnait moins dans le travail de certaines, et plus dans celui d’autres… En tout cas, moi je me reconnais de plus en plus dans le tien ! Alors bravo, et prends soin de toi !

    • Daphné 17 juin 2020

      @Adèle : Merci beaucoup de ton message ! Moi aussi j’ai été un peu décontenancée par les messaes négatifs car tu décris parfaitement ce que je ressens : mon intérêt pour le développement personnel n’est pas motivé par le but de devenir parfaite mais d’être en accord avec moi-même, c’est exactement ! C’est justement depuis que je me suis affranchie de cette poursuite irréaliste de la perfection que je me sens tellement mieux et libérée ! Mais je comprends aussi que certain.e.s n’aient pas envie de lire les états d’âme d’autres personnes … mais personnellement j’adore mixer des sujets légers et des sujets plus profonds, j’estime que les deux peuvent parfaitement cohabiter 😉 Merci de ton partage d’expérience en tout cas, c’est une vraie force de savoir extérioriser ce que l’on ressent, même si ça n’immunise pas de la critique qui peut parfois déstabiliser ! Merci de tes mots <3
      @Céline : merci infiniment de ton commentaire ! J'adore vous parler de sujets variés, ça me fait du bien (c'est un peu mon auto-thérapie aussi) et je sais que cela fait du bien à d'autres aussi, je reçois énormément de messages qui me touchent beaucoup. Je pense que c'est important de se sentir unies dans nos doutes, dans nos questionnements ... Merci de tes encouragements !

  • Camille 13 juin 2020

    J’aime énormément tous ces articles plus vulnérables que tu as publiés dernièrement : sur ton burn-out, ton anxiété, cet article-ci… C’est très authentique et ça me parle énormément. Merci Daphné pour ça et bisous d’une lectrice des tout débuts de MATC ! 🙂

    • Daphné 17 juin 2020

      Merci beaucoup Camille, ça me fait super plaisir à lire !

  • Margaux 13 juin 2020

    Coucou daphné !
    Merci pour ce superbe article très sincère et touchant !
    Jai eu un peu le même cheminement que toi a peu près en même temps , sûrement car j’en suis aux mêmes points de ma vie et qu’on a quasiment le même âge.
    Pendant longtemps, je me fixais sur le regard des autres. Depuis la maternelle je crois même, ça me brisait en deux de ne pas plaire , je me sentais rejetée et par extension nulle.
    Avec le temps , ça devient quasi un réflexe automatique, mettre sa personnalité de côté pour plaire. Et ne montrer que ce quis plaît.
    Au bout du compte , à force de me mettre sans arrêt de côté, de brimer ma vraie personnalité, jai commencé à éprouver du stress et même parfois de l’angoisse.
    Javais fait de la sophrologie après mon bac et j’ai décidé il y a 1 an de faire cette fois de l’hypnose. Et cest grâce à mon hypnothérapeute que j’ai compris que tous nos maux, nos somatisation apparaissent quand on s’empêchent d’être soi-même. Et wouahou la ca a été le début du processus d’acceptation de soi et question ce quon se sent plus libres et bien. Quand on s’écoute, quand on fait ce qu’on veut quand notre corps nous le dicte (dans la limite du raisonnable quand même 🙃)… cest la quon découvre la plénitude.
    J’ai arrêté de vouloir faire plaisir à des personnes toxiques, j’ai arrêté d’être celle qui dit oui a tout … je me suis écoutée moi pour de vrai et non plus les autres en priorité. Et la les angoisses ont disparu.
    C’est magique ! J’ai encore parfois des vieux démons qui ressurgissent, mais je sais que la clef cest d’être soi-même, s’aimer, savoir se remettre en question, mais pas à chaque critique de tout le monde.

    Merci pour ton honnêteté, ton courage de dévoiler de cela. Comme tu dis , ce n’est pas une faiblesse mais une force. La force de savoir s’écouter, et de savoir assumer devant tout le monde ce que l’on est. J’aime le cheminement que tu parcours, ces nouveaux contenus !
    Plein de bonnes choses à toi !!!!

    • Daphné 17 juin 2020

      Merci beaucoup Margaux ! J’ai adoré lire ton commentaire et tes mots ont beaucoup résonné en moi ! Mon hypnothérapeute m’aide tellement aussi ! J’ai beaucoup aimé ta phrase « savoir se remettre en question, mais pas à chaque critique de tout le monde » : tu as tellement raison et c’est ce que j’ai encore parfois du mal à faire (comme tu dis les vieux démons ressurgissent parfois). Les critiques font avancer et permettre de se remettre en question mais on ne doit pas forcément remettre en cause tout son système de valeurs dès qu’on est critiqué.e !

  • María José 13 juin 2020

    Coucou Daphné, je trouve tes articles de développement personnel super enrichissants. Des fois ils mettent en lumière des choses sur moi que je n’osais pas avouer ou dont je ne me rendais pas forcément compte. Le regard des autres est quelque chose d’assez prenant, et même si avant je le ressentais et je faisais en sorte de gérer au mieux, c’est devenu d’autant plus difficile depuis que je suis maman. Ça ne fait que 4 mois ^^ mais entre les avis de tous sur tous les sujets, et ce que l’on fait en pensant être bien il peut y avoir un gros écart, et c’est dur des fois de reprendre confiance en ce que l’on fait. Merci pourtours les ressources citées que j’irais lire dès que je pourrais. Et merci de ton partage, ton blog est de loin mon préféré !

    • Daphné 17 juin 2020

      Merci Maria José ! J’imagine combien cela est compliqué de se détacher du regard des autres quand on est une jeune maman ! Aie confiance en toi ! Je te souhaite tout le meilleur !

  • Joséphine 15 juin 2020

    Bonjour Daphné,

    Je te suis longtemps sur Instagram et je me suis désabonnée de ton compte à ton retour de ta pause digitale.
    Je n’ai pas lu les commentaires plus haut, car je n’ai pas le temps, du coup je ne sais pas si le sujet a déjà été évoqué ou non.
    Depuis que tu es de retour, je trouve que tes post sont d’une tristesse folle. Du coup je ne sais pas si « avant », la bonne humeur et la gaité qui se dégageaient de tes photos été feinte (forcément un peu mise en scène puisque tu travailles dans le monde de l’image). Je suis vraiment désolée de m’être désabonnée à ton compte, car je l’aimais beaucoup, mais ces derniers temps je trouve qu’il tourne à « l’obsession bien être » (j’ai souvenir de lointaines stories où en entendait à chaque fois un podcast tourner soit sur le thème de « body » ou « consciousness » etc. Je trouvais cela oppressant, alors que j’adorais voir tes stories avant. La nouvelle ligne photographique que tu publies est triste au possible, je trouve, les couleurs que tu portes sont ternes. Je crains qu’elles ne reflètent en fait ton état du moment
    J’espère vraiment que tu trouveras une voie plus apaisée

    Joséphine

    • Daphné 17 juin 2020

      Hello Joséphine ! Je suis sincèrement navrée que tu ressentes cela. Tu sais, cela me fait un bien fou de partager sur ces sujets de développement personnel sur le blog et je pense que c’est un peu une auto-thérapie pour moi, c’est important. Et cela créé beaucoup d’échanges super riches avec ma communauté aussi (même si je comprends que cela ne parle pas à tout le monde). Mon burnout m’a fait commencé un nouveau cycle de vie, j’ai tiré les fruits du précédent et j’ai appris beaucoup de choses sur moi, mes valeurs, mes envies, mes motivations.J’aime l’idée de mélanger des sujets plus légers (la mode, la déco … des choses que j’adore aussi) avec des thèmes un peu plus « profonds » et persos. C’est un équilibre qui me plaît ! Je suis désolée de lire que tu t’es désabonnée de mon compte Instagram et j’espère que tu as trouvé des personnes à suivre qui t’inspirent et t’apportent au quotidien, c’est vraiment tout ce qui compte !

  • Nawel 16 juin 2020

    Bonjour daphné,
    Merci pour cet article très intéressant, ton blog a beaucoup évolué pour mon plus grand plaisir ! Avant je trouvais le contenu un peu trop léger c’était sympa mais aujourd’hui c’est plus Varié, la mode, la cuisine, le sport, la beauté, le DP c’est vraiment top ! Merci pour tout daphné tu es une perle de nous partager tant de contenu de qualité 😉

    • Daphné 17 juin 2020

      Oh merci Nawel c’est adorable ! Ravie que tu apprécies cette variété de contenus autant que moi !

  • Alexia 16 juin 2020

    Bonsoir Daphné,
    Ta vulnérabilité et ta « fragilité » nous rapproche justement un peu plus de toi.
    Je trouve que les réseaux sociaux nous mettent bcp de pression parce qu’on doit être mince, bien coiffé, à la mode, maquillé, avoir le dernier objet technologique à la mode, et j’en passe… et toi au contraire, tu humanise les réseaux par ton DP en nous montrant que le plus important ça n’est pas ce côté superficiel. Personnellement, ça me décomplexe beaucoup! Et en même temps, le côté « parfaite » que tu dégage me motive à prendre soin de moi physiquement mais aussi psychologiquement!
    Heureusement nous n’avons pas tous les même avis et le même chemin, mais tu es pleine de vérité et de sincérité dans tes posts!
    Mon seul regret? Je travaille en « uniforme », alors je n’ai que mes week-ends pour m’inspirer des tes looks!! 😅
    Pense à toi en premier, peut être qu’un jour nous ne serons plus là, mais toi, tu seras toujours avec toi même.. 😌 😘

    • Daphné 17 juin 2020

      Merci de ton commentaire super touchant Alexia, il m’a fait beaucoup de bien à lire. J’ai adoré ta dernière phrase. Merci de tes mots <3

  • cecilia_cherieblossom 17 juin 2020

    Je voulais rebondir sur le fait que quand tu réponds à un commentaire négatif la personne ne vient pas te répondre en retour. Effectivement peut-être que la personne s’en fiche mais c’est surtout que nous ne sommes pas prévenus lorsque tu nous réponds … Moi par exemple je ne suis jamais avertie lorsque tu me réponds et je ne retourne pas sur tous tes articles voir ta réponse … Peut-être pourrais-tu regarder dans les réglages de ton blog pour qu’on reçoive un mail lorsque tu nous réponds … Louise Grenadine fait ça je ne sais pas si tu la connais

    • Daphné 17 juin 2020

      Hello Cécilia ! En effet ! Pas possible actuellement mais je réfléchis pour une éventuelle mise à jour du blog 😉

  • Chloé 19 juin 2020

    Bonjour Daphné,
    Je te lis régulièrement mais je ne commente quasiment jamais alors que je sais que c’est important pour toi aussi d’avoir les retours de ceux qui te lisent ! En tout cas j’adore ton blog, tes articles que ça soit mode, lifestyle, développement personnel. Je trouve que tu alternes et que tu nous proposes toujours des contenus de qualité et variés. Merci pour tout ce que tu me fais découvrir que ça soit matériel (vêtements, maquillage, puzzles, etc.) ou immatériel comme les articles de développement personnel qui sont très enrichissants, les voyages, les idées de sorties cinéma.
    J’aime beaucoup ce que tu nous proposes et la franchise avec laquelle tu le fais, que ça soit sur ton blog ou ta newsletter.
    Cet article est vraiment passionnant car comme tu le dis, nous avons tous peur d’être jugés à certains niveaux et cela peut être vraiment paralysant dans la vie de tous les jours. Je me suis reconnue dans beaucoup de tes phrases et ça m’a donné envie d’en apprendre plus en écoutant le podcast ou les vidéos. On gagne toujours je trouve à travailler sur soi-même, à s’étudier pour mieux se comprendre et se sentir plus en phase, c’est le plus bel investissement que l’on puisse se faire.
    Très bonne journée et bonne continuation.

    • Daphné 19 juin 2020

      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me laisser ce commentaire Chloé, ça me fait hyper plaisir !
      Moi aussi j’adore vous parler de sujet variés, c’est top de se sentir libre de pouvoir parler de tout 🙂 Merci de tes mots et de tes encouragements !

  • Annev 2 juillet 2020

    Bonjour,
    Tres interessant mais ceci dit qu’elle est vraiment l’objectif de ton blog et d’être influenceuse ?? Quand on regarde ton fil instagram et ton blog, on ne voit que des photos de toi et on sent l’attente des com’ qui vont te dire que tu es belle et bien habillée. Tu ne peux pas parler de tout ça sans avancer le fait que lorsqu’on est influenceuse il y a forcement une analyse à faire sur l’égo et ce qu’on fait de sa propre image diffusée tous les jours via différents médias. Ton article est trés juste par contre cela ne m’étonne pas que les influenceuses souffrent ce type de maux encore plus que la plupart des gens. C’est incroyable ce qu’on peut voir sur Instagram où tous le monde se montre et se remontre … Pour quelqu’un qui a 40 ans commemoi,cela fait trés peur et je n’aimerais pas que ma fille puisse être influencée par ce type de contenu qui ne montre que le beau et que ce que l’on peut acheter et consommer. Un blo c’est aussi un espace d’échange et je suis désolée de le dire ici, ainsi mais c’est tellement mon ressenti en lisant votre article.

    • Daphné 6 juillet 2020

      Hello 🙂 Pour moi l’objectif d’être influenceuse/blogueuse est le partage et l’échange. Je n’ai pas créé mon blog (et réseaux sociaux) pour que l’on me dise que je suis belle et bien habillée comme tu le mentionnes dans ton commentaire mais pour partager, interagir, communiquer et créer du lien avec les autres. A chacun de gérer ce qu’il souhaite montrer/partager sur les réseaux, nous avons tous une vision différente de ce qui est trop ou pas assez, chacun doit placer le curseur là où bon lui semble.
      Je rebondis sur ta phrase « montrer le beau » : justement pendant des années je me suis enfermée dans cette idée de ne partager que le « parfait » (à tort car comme tu le dis je pense que ce n’est pas forcément sain de ne partager que ça) et des articles comme celui-ci sont très libérateurs car ils permettent de partager mes doutes, es angoisses, mes craintes… et je pense que c’est intéressant aussi pour ma communauté de savoir que personne n’est -seul.e. à ressentir cela ! Bonne semaine !

  • Coralie 5 juillet 2020

    Bonjour Daphné,
    Très bel article, merci pour ton honnêteté. J’apprécie beaucoup ton blog, à la fois les articles mode et beauté, plus légers, et les articles plus profonds de développement personnel. J’aime également beaucoup ta photographie, de grande qualité, et ai hâte de découvrir de nouveaux shoots à Bordeaux!
    PS: je suis aussi une fan inconditionnelle de Forest Gump 😉

    • Daphné 6 juillet 2020

      Merci Coralie 🙂

Voir tous les commentaires

Ajouter un commentaire

Suivez-moi sur Instagram @daphnemoreau
Abonnez-vous
à la newsletter
Pas la peine, je suis déjà abonné•e
Fermer